Montesquieu

p. 25-39

Résumé

Cette com­pa­rai­son des Pensées avec le Spicilège, qui s’atta­che à des don­nées for­mel­les, plus par­ti­cu­liè­re­ment aux dis­po­si­tifs énonciatifs, vise à défi­nir le sta­tut du recueil et le rôle qui lui a été dévolu par Montesquieu. Se trouve confir­mée la fonc­tion de mise en attente d’énoncés et de grou­pe­ments d’énoncés pour un réem­ploi exté­rieur et s’y ajoute une fonc­tion d’archi­vage d’une pen­sée frag­men­tée, dis­conti­nue. L’auteur s’affirme avec force dans ce recueil, déployant son esprit, son ima­gi­na­tion, son juge­ment, son affec­ti­vité. Par leur dimen­sion réac­tive et dyna­mi­que, les Pensées ont sans doute cons­ti­tué pour Montesquieu un espace pri­vi­lé­gié d’exer­cice de la pen­sée et de ses for­mes.

Abstract

This com­pa­ri­son of the Pensées with the Spicilège, which looks clo­sely at the for­mal aspects, and more par­ti­cu­larly at the mecha­nics of utte­rance, seeks to define the sta­tus of the col­lec­tion and the role for which Montesquieu des­ti­ned it. It confirms the func­tion of pla­cing utte­ran­ces and grou­pings of utte­ran­ces in abeyance for later re-use, as well as a func­tion of archi­ving frag­men­ted and dis­conti­nuous thought. The author asserts him­self for­ce­fully in this col­lec­tion, deploying his mind, his ima­gi­na­tion, his judg­ment, his sen­si­ti­vity. In their reac­tive and dyna­mic dimen­sion, the Pensées doubt­less cons­ti­tu­ted for Montesquieu a pri­vi­le­ged space for the exer­cise of thought and its forms.