Montesquieu
 

État présent de l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu

avril 2013

État présent de l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu

(avril 2013)

Sur les 21 volu­mes pré­vus, 13 ont paru, le qua­tor­zième est sous presse : c’est dire que, en dépit des mul­ti­ples et gra­ves dif­fi­cultés inhé­ren­tes à ce genre d’entre­prise, celle-ci avance depuis 1998, date de la publi­ca­tion du pre­mier volume de la Correspondance, à un rythme quasi annuel (voir ci-après le tableau de l’édition).

Le Prospectus, signé de Jean Ehrard, à qui est due l’ini­tia­tive de cette édition, et qui l’a long­temps diri­gée, a paru en 1991. La Société Montesquieu avait été fon­dée en 1987, avec pour but essen­tiel de la lan­cer et de l’accom­pa­gner.

Après tant d’années écoulées, il peut être utile de faire le point des pro­grès accom­plis, et de ce qui reste à accom­plir.

Une étape impor­tante a été fran­chie, en 2010, avec la publi­ca­tion du tome 7 (Défense de l’Esprit des lois) en coédi­tion avec ENS Éditions et les Éditions Classiques Garnier. Des condi­tions finan­ciè­res deve­nues inac­cep­ta­bles, une ges­tion des comp­tes défi­ciente et de gra­ves caren­ces de la dif­fu­sion nous ont obli­gés de quit­ter la Voltaire Foundation d’Oxford, dont pour­tant la qua­lité du tra­vail éditorial et de la réa­li­sa­tion des volu­mes nous avait donné tou­jours satis­fac­tion.

Programme d’édition des volumes qui restent à publier

Mes voya­ges (nous avons adopté ce titre conforme à l’usage cons­tant de Montesquieu) : le tome 10, dirigé par J. Ehrard, avec la col­la­bo­ra­tion de Gilles Bertrand, a été publié à l’automne 2012 . Il com­prend le voyage en Autriche, le Voyage d’Italie (qui se pour­suit en Allemagne et en Hollande), les Notes sur l’Angleterre, la Lettre sur Gênes, Florence la Galerie du Grand-duc, et les Mémoires sur les mines.

Ce volume renou­velle pro­fon­dé­ment la connais­sance de ces tex­tes, par la fidé­lité aux manus­crits (celui des notes pri­ses par Montesquieu dans les mines du Harz est trans­crit inté­gra­le­ment pour la pre­mière fois), et par l’anno­ta­tion confiée à des spé­cia­lis­tes his­to­riens des pays concer­nés et his­to­riens de l’art. Le sta­tut par­ti­cu­lier du manus­crit prin­ci­pal (copié après la mort de Montesquieu, et non sous son auto­rité comme on l’a cru long­temps), a incité à le consi­dé­rer d’un œil cri­ti­que. C’est un ensem­ble d’une très grande richesse qui est ainsi pré­senté, com­paré à d’autres récits de voyage et replacé dans la pers­pec­tive pro­pre à Montesquieu.

L’édition de la Correspondance (t. 19-21) est pla­cée sous la direc­tion de Philip Stewart et de Catherine Volpilhac-Auger. Celle des années 1731-1746 (t. 19) devrait paraî­tre à la fin de 2013. Le tome 20 (1747-1749) est pro­grammé pour 2015. Les prin­ci­pes de trans­crip­tion ont été for­te­ment revus par rap­port à ceux du tome 18 ; ils sont désor­mais ali­gnés sur ceux qui sont en vigueur pour l’ensem­ble des Œuvres com­plè­tes

(voir http://mon­tes­quieu.ens-lyon.fr/spip…)

Par rap­port à d’autres cor­pus de cor­res­pon­dance (comme celle de Voltaire, de La Beaumelle ou de Mme de Graffigny), celle de Montesquieu n’est pas consi­dé­ra­ble (moins de 1 000 let­tres reçues ou envoyées). Chaque nou­velle décou­verte cons­ti­tue donc pres­que un événement. La nou­velle édition per­met de pré­sen­ter, outre quel­ques let­tres abso­lu­ment iné­di­tes (ces der­niè­res années, il s’en décou­vre à peu près une par an), les apports majeurs depuis la der­nière grande publi­ca­tion de cette cor­res­pon­dance (éd. F. Gébelin, dans Montesquieu, Œuvres com­plè­tes, Nagel, 1955) : les décou­ver­tes de Robert Shackleton dans des biblio­thè­ques anglai­ses et fran­çai­ses (1958 et 1969), la col­lec­tion d’Aux publiée en 1982 par René Pomeau dans la Revue fran­çaise d’his­toire lit­té­raire de la France, les trou­vailles d’Antonio Rotondo en Italie (2008), de Jens Häseler, de Fabiana Di Brazza’, les acqui­si­tions de col­lec­tion­neurs pri­vés, cel­les, par­ti­cu­liè­re­ment impor­tan­tes, de la biblio­thè­que de Bordeaux, sont autant d’enri­chis­se­ments impor­tants : par rap­port à l’édition de 1955, plus d’une cen­taine de let­tres sup­plé­men­tai­res seront pré­sen­tées.

Le tome 19, de plus de qua­tre cents pages, porte sur la période qui va du retour des voya­ges (1731) à l’envoi du manus­crit de L’Esprit des lois à Genève (juin 1747). Il com­prend les let­tres 365 – 651, soit 288 (car une let­tre dont la data­tion a été récem­ment modi­fiée est numé­ro­tée en « bis ») : le nom­bre des let­tres est en fait sen­si­ble­ment iden­ti­que à celui du tome XVIII (364), car il a été décidé de n’attri­buer de numéro qu’aux let­tres conser­vées ou attes­tées par des témoi­gna­ges, et non à cel­les dont l’exis­tence se déduit seu­le­ment d’autres let­tres). À titre de com­pa­rai­son, pour la même période, l’édition Gébelin de 1955 en four­nis­sait 151 ; la dif­fé­rence vient de l’inclu­sion des col­lec­tions ou décou­ver­tes men­tion­nées ci-des­sus, mais aussi de la nou­velle data­tion de plu­sieurs let­tres jus­que-là mal iden­ti­fiées.

L’ouvrage com­porte également une impor­tante série d’annexes, dont l’ensem­ble fait plus de cent pages, trai­tant notam­ment de la par­ti­ci­pa­tion de Montesquieu à la franc-maçon­ne­rie, ou de son long pro­cès contre Licterie puis contre les jurats de Bordeaux (1726-1743) à par­tir de docu­ments en quasi-tota­lité iné­dits, ou encore de l’inte­rac­tion entre un dif­fé­rend avec les Trésoriers de France et L’Esprit des lois, à pro­pos de la réfec­tion d’un che­min. Nombre de per­son­na­ges men­tion­nés par les Pensées sont également signa­lés dans ce volume, qui mon­tre un aspect rela­ti­ve­ment peu connu de Montesquieu : son acti­vité « mon­daine », ou pour mieux dire son inser­tion dans la société pari­sienne et dans un réseau inter­na­tio­nal d’amis et de cor­res­pon­dants ; appa­raît également son inté­rêt cons­tant pour l’aca­dé­mie de Bordeaux.

La relec­ture a été deman­dée à plu­sieurs his­to­riens : Pierre-Yves Beaurepaire (Nice), Isabelle Brancourt (Lyon), Jean-Pierre Poussou (Paris et Bordeaux), et à l’his­to­rien du livre Gabriel Sabbagh.

L’ouvrage est publié sous la direc­tion de Philip Stewart et Catherine Volpilhac-Auger. Texte établi par Caroline Verdier et Catherine Volpilhac-Auger, avec la col­la­bo­ra­tion de †Louis Desgraves. Bibliographie établie par Cecil Patrick Courtney.

Textes anno­tés par François Cadilhon, Cecil Patrick Courtney, Jens Häseler, Nadezda Plavinskaia, Philip Stewart, Catherine Volpilhac-Auger.

Tous les socié­tai­res à jour de leur coti­sa­tion 2013 pour­ront com­man­der un exem­plaire de cet ouvrage avec une remise de 50% : après une cir­cu­laire infor­mant de la publi­ca­tion à venir, les Éditions Classiques Garnier enver­ront un bon de com­mande réservé aux mem­bres la Société Montesquieu.

La publi­ca­tion des Extraits et notes de lec­ture II (t. 17, sous la direc­tion de R. Minuti) est pré­vue en 2014, com­plé­tant l’ensem­ble dont la publi­ca­tion s’est ouverte en 2007 avec l’édition inté­grale des Geographica. Ce volume révé­lera un grand nom­bre de tex­tes iné­dits, extraits d’ouvra­ges divers (Huet, Bochart, Dubos, Dutot, le Dictionnaire de com­merce de Savary Des Brulons…), et les rares notes mar­gi­na­les que Montesquieu ait ins­cri­tes sur ses ouvra­ges. Surprenantes, les anno­ta­tions dont il cou­vre son exem­plaire de l’Application de l’algè­bre à la géo­mé­trie de Guisnée (l’anno­ta­tion a été confiée à J. Peiffer) ; remar­qua­bles aussi cel­les qui figu­raient sur un exem­plaire des œuvres com­plè­tes de Cicéron, dont la copie manus­crite a été décou­verte par C. Volpilhac-Auger, témoi­gnage pas­sion­nant et jusqu’ici inconnu de la curio­sité phi­lo­so­phi­que du jeune Montesquieu autour des années 1710 (Pierre Rétat éd.).

L’Esprit des lois (imprimé, t. 5-6). L’établissement du texte avait fait l’objet de dis­cus­sions sérieu­ses en 2007 ; il avait alors été décidé de reve­nir sur la déci­sion de pren­dre comme texte de base l’édition ori­gi­nale (Genève, Barrillot, 1748), l’édition pari­sienne de 1750 offrant de meilleu­res garan­ties de qua­lité (voir le compte rendu de la réu­nion du 17 février 2007

http://mon­tes­quieu.ens-lyon.fr/spip…)

La connais­sance de l’his­toire du texte a for­te­ment pro­gressé ces der­niè­res années, grâce aux tra­vaux de Gabriel Sabbagh, C. Volpilhac-Auger et Françoise Weil (Un auteur en quête d’éditeurs ? Histoire éditoriale de l’œuvre de Montesquieu (1748-1964), Lyon, ÉNS Éditions, 2011), dont la pre­mière par­tie retrace, en cinq cha­pi­tres, l’appa­ri­tion d’éditions concur­ren­tes mais béné­fi­ciant tou­tes d’apports de Montesquieu, et expli­que le rôle de Jacob Vernet dans la pre­mière édition. Les consé­quen­ces sur l’édition de L’Esprit des lois en sont nom­breu­ses.

Malgré les dif­fi­cultés posées par l’exis­tence de trois tira­ges suc­ces­sifs ou paral­lè­les en 1750, le texte a été soli­de­ment établi par les soins de Caroline Verdier, avec les varian­tes de la ver­sion finale du manus­crit, de l’édition gene­voise de 1748, de l’édition pari­sienne de 1749, et des éditions pos­thu­mes de 1757-1758, for­te­ment cor­ri­gées et aug­men­tées.

L’anno­ta­tion devrait com­men­cer pro­chai­ne­ment. Aucune date ne peut encore être fixée sérieu­se­ment pour la publi­ca­tion (voir aussi ci-après).

Restent Mes pen­sées (t. 14-15), que les direc­teurs de l’édition ont été contraints de repren­dre inté­gra­le­ment en main, à la suite de la défec­tion de Carole Dornier. Pour le détail de cette affaire on se repor­tera au compte rendu de la réu­nion du comité de direc­tion du 16 octo­bre 2010,

http://mon­tes­quieu.ens-lyon.fr/spip…

ainsi qu’à celui de la réu­nion du 27 juin 2009,

http://mon­tes­quieu.ens-lyon.fr/spip…

où le pro­jet de mise en ligne des Pensées à Caen avait déjà mar­qué une pre­mière ten­ta­tive d’abus de pou­voir. Contentons-nous de quel­ques mots. Assumant depuis 2002 la direc­tion de l’édition, C. Dornier a non seu­le­ment accu­mulé les retards, donné suc­ces­si­ve­ment des spe­ci­mens d’anno­ta­tion insuf­fi­sants, mais elle a élevé des reven­di­ca­tions insou­te­na­bles, en se pré­ten­dant seule déten­trice des droits sur le texte, au mépris de ceux de la Société Montesquieu, occultant aussi les aides finan­ciè­res et les col­la­bo­ra­tions scien­ti­fi­ques qui lui avaient été géné­reu­se­ment consen­ties. Enfin en rom­pant avec nous C. Dornier a pré­tendu empor­ter la trans­crip­tion comme un bien per­son­nel.

L’édition repart donc, sous la direc­tion de C. Volpilhac-Auger. Le texte, en une année, a été inté­gra­le­ment trans­crit par C. Verdier et P. Rétat. L’équipe des anno­ta­teurs, res­tée à nos côtés, nous a com­mu­ni­qué tou­tes les notes déjà fai­tes ; elle a été ren­for­cée, notam­ment grâce à des his­to­riens (ce qui man­quait cruel­le­ment à l’équipe pré­cé­dente), et s’est remise au tra­vail. L’objec­tif, auquel seront consa­crées tou­tes les for­ces, est de les publier en 2015-2016. L’achè­ve­ment des Œuvres com­plè­tes est à ce prix : en effet, il est indis­pen­sa­ble pour anno­ter L’Esprit des lois, de dis­po­ser de tou­tes les infor­ma­tions néces­sai­res, conte­nues dans les trois tomes du manus­crit des Pensées : essais de rédac­tion ou expé­ri­men­ta­tion d’hypo­thè­ses anté­rieu­res à la com­po­si­tion de L’Esprit des lois, ou rejets de cet ouvrage, ce sont autant de docu­ments qui, outre leur inté­rêt intrin­sè­que pour l’his­toire de la pen­sée de Montesquieu, doi­vent abso­lu­ment être connus pour que puisse avan­cer l’édition de l’œuvre majeure de Montesquieu. L’anno­ta­tion en est donc prio­ri­taire.

Pierre Rétat et Catherine Volpilhac-Auger
Tableau chronologique des volumes parus

1998 Correspondance I (t. 18)

2000 Considérations sur les Romains et Réflexions sur la monar­chie uni­ver­selle (t. 2)

2002 Spicilège (t. 13)

2003 Œuvres et écrits divers I (t. 8)

2004 Introductions géné­ra­les de l’édition et Lettres per­sa­nes (t. 1)

2005 Collectio juris (t. 11-12)

2006 Œuvres et écrits divers II (t. 9)

2007 Extraits et notes de lec­tu­res I (Geographica) (t. 16)

2008 De l’esprit des loix (manus­crits) (t. 3-4)

2010 Défense de l’Esprit des lois (t. 7)

2012 Mes voya­ges (t. 10)

Chronologie estimative des volumes à paraître

Fin 2013 Correspondance II (t. 19)

2014 Extraits et notes de lec­ture II (t. 17)

2015Correspondance III (t. 20)

2015-2016 Mes pen­sées (t. 14 et 15)

2017 Correspondance IV (t. 21)