Montesquieu
 

Traduire L’Esprit des lois en ita­lien (livres XX-XXXI)

Giovanni Paoletti (Université de Pise)
Biographie

Ancien élève de l’ENS de Pise, doc­teur en phi­lo­so­phie et en socio­lo­gie (Institut d’études poli­ti­ques de Paris), Giovanni Paoletti est Maître de confé­ren­ces d’Histoire de la phi­lo­so­phie à l’Université de Pise.

Ces recher­ches por­tent sur l’his­toire de la phi­lo­so­phie poli­ti­que et l’his­toire de la pen­sée socio­lo­gi­que.

Quelques publi­ca­tions :

« Durkheim his­to­rien de la phi­lo­so­phie », Revue phi­lo­so­phi­que de la France et de l’étranger, 2005/3 (tome 130), p. 275-301.

Benjamin Constant et les Anciens. Politique, reli­gion, his­toire, Paris, Champion, 2006.

Some Concepts of ‘Evil’ in Durkheims’ Thought, in W.S.F. Pickering - M. Rosati (dir.), Suffering and Evil. The Durkheimian Legacy, Berghahn, New York-Oxford, 2008, p. 63-80.

Constant selon l’ordre des rai­sons. Structure, style et argu­men­ta­tion dans les Principes de poli­ti­que de 1806, « Annales Benjamin Constant », 33, 2008, p. 77-119.

Benjamin Constant, La libertà degli anti­chi, para­go­nata a quella dei moderni, tra­duc­tion de Giovanni Paoletti, Einaudi, Torino 2001.

Résumé

Traduire L’Esprit des lois en ita­lien aujourd’hui signi­fie se confron­ter à une tra­di­tion concep­tuelle conso­li­dée, qui a façonné, à tra­vers une dizaine d’éditions échelonnées sur deux siè­cles et demi, la récep­tion et la com­pré­hen­sion de cet ouvrage en-deçà des Alpes. Cela cons­ti­tue à la fois une aide et un obs­ta­cle pour le tra­duc­teur : une aide, parce que celui-ci peut comp­ter sur des solu­tions consa­crées, et ins­crite en quel­que sorte dans la mémoire cultu­relle du public des lec­teurs ; un obs­ta­cle, parce qu’il se trouve par­fois dans la condi­tion de redé­cou­vrir un texte rendu opa­que, pour ainsi dire, par le voile des tra­duc­tions his­to­ri­ques. Dans ce sémi­naire, je me pro­pose de décrire et de com­men­ter une petite casuis­ti­que de pro­blè­mes, liés au lexi­que et à la syn­taxe, où cette ambi­va­lence du rap­port entre L’Esprit des lois et Lo spi­rito delle leggi se mon­tre d’une façon plus claire et signi­fi­ca­tive. C’est notam­ment dans les cas de syn­taxe, que la dif­fé­rence struc­tu­relle des deux lan­gues, fran­çais et ita­lien, peut avoir un effet heu­ris­ti­que : ma thèse est que les pas­sa­ges où la cons­truc­tion de la phrase de Montesquieu résiste à la tra­duc­tion sont sou­vent aussi ceux où la syn­taxe de son texte s’avère insé­pa­ra­ble de la logi­que de l’argu­men­ta­tion, l’ordre des mots de celui des idées.

texte alter­na­tif