Montesquieu
 

Des objections sans réponses ? À propos de la « tentation » matérialiste de Montesquieu dans les Pensées

p. 135-156

Résumé

On trouve dans les Pensées un cer­tain nom­bre de tex­tes qui repren­nent un dis­cours phy­si­cien et qui sem­blent faire écho à une appro­che maté­ria­liste. Devant l’audace de cer­tai­nes for­mu­la­tions on a pu par­ler d’une « ten­ta­tion maté­ria­liste », dont on trou­ve­rait aussi des tra­ces dans les écrits scien­ti­fi­ques « de jeu­nesse  ». Pour exa­mi­ner cette piste, on a suivi le long texte de la Pensée n° 1096, qui rap­porte les objec­tions d’un athée, en déga­geant dans l’oeu­vre les réso­nan­ces pour démê­ler les fils de ces dis­cours. Car la dif­fi­culté dans ces tex­tes des Pensées, qui jouent sur des niveaux de dis­cours dif­fé­rents, est de dis­cer­ner les inflexions qui per­met­tent de savoir où situer la voix pro­pre de Montesquieu.

Abstract

In the Pensées we find a cer­tain num­ber of texts that adopt a dis­course of phy­sics and seem to echo a mate­ria­list approach. The auda­city of cer­tain for­mu­la­tions has led some to evoke a “mate­ria­list temp­ta­tion”, the tra­ces of which might also be found in his “you­th­ful” scien­ti­fic wri­tings. In order to exa­mine this ave­nue, I have fol­lo­wed the long text of pen­sée no. 1096, which rela­tes the objec­tions of an atheist, sear­ching it for reso­nan­ces which will help locate the threads of this dis­course. For the dif­fi­culty in these texts of the Pensées, which play on dif­fe­rent dis­cur­sive levels, is to dis­cern the inflec­tions that allow us to know where to situate Montesquieu’s own voice.