Villa Kérylos, Beaulieu-sur-mer, 13-14 octobre 2017 : Vie et climat d’Hésiode à Montesquieu Académie des inscriptions et belles-lettres

Le Colloque Kérylos 2017 intitulé : « Vie et Climat d’Hésiode à Montesquieu » a pour objet de montrer d’abord que les préoccupations modernes sur le climat et l’environnement dans leur rapport avec la vie et la santé de l’homme trouvent leur racine dans les théories souvent méconnues de l’Antiquité. Les premières ne sont pas seulement chez Aristote et son école, mais déjà chez les premiers écrits de la médecine occidentale, en particulier dans le grand traité d’Hippocrate intitulé « Airs, eaux, lieux » que n’ignorait pas Montesquieu.

La seconde partie de ce colloque présentera des communications montrant comment l’archéologie et l’histoire de l’art, sans ignorer l’apport de la tradition textuelle des antiques théories des climats, abordent la vie des sociétés anciennes et leurs rapports aux conditions climatiques. Les études de cas présentées montreront, à l’aide de l’analyse de restes naturels et de documents iconographiques, comment les sociétés du monde méditerranéen ont vécu les changements continuels, d’ampleur et de nature très variables, de leurs environnements.

Les archéologues ont en effet progressivement mieux pris en compte dans leurs recherches les apports des sciences naturelles qui montrent les modifications des climats et la manière dont les sociétés y réagissent, prolongeant un débat classique sur un « déterminisme climatique ou environnemental ». Dans le cours de la protohistoire égéenne, du Néolithique à l’âge du Bronze, le temps long permet d’envisager comment les sociétés ont évolué et quelle serait la part du climat dans ces transformations, spectaculaires aux époques minoenne et mycénienne. La contribution des géosciences montre la manière dont des facteurs climatiques complexes, précisés à l’aide de fines analyses de laboratoire, ont pu intervenir dans le Sud-Ouest des Balkans et y peser sur les transformations des établissements humains. Dans l’Antiquité gréco-romaine, l’art des peintres et des mosaïstes illustre une vision à la fois réaliste et poétique des climats, manifestés par les espèces animales et végétales, sur le cours du Nil, de l’Égypte et de l’Éthiopie.

Cette double vision historique reconstruite à l’aide des textes et des observations sur le terrain est indispensable pour insérer les problématiques modernes dans la continuité et pour mieux apprécier ainsi leur légitimité et leur urgence.

Programme

Vendredi 13 octobre

Allocution d’accueil, par M. Michel ZINK, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, président de la Fondation Théodore Reinach (Institut de France)

« Subir et penser le climat : d’Hésiode à Hippocrate », par M. Jacques JOUANNA, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Climat et environnement chez les philosophes grecs de l’époque classique », par M. Philippe Hoffmann, correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Entre Athènes et Alexandrie, la genèse de la notion de climat », par M. Didier Marcotte, professeur à l’Université de Reims

« L’impact du climat sur l’environnement botanique chez Théophraste », par Mme Suzanne Amigues, correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« D’Hippocrate à Avicenne : aux origines de l’écologie de la santé », par Mme Véronique Boudon-Millot, directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR 8167 (laboratoire « Médecine grecque »)

« Les composantes environnementales de la qualité d’un projet dans le De architectura de Vitruve », par M. Pierre GROS, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Les changements du niveau de la Méditerranée et l’archéologie », par Mme Marie-Dominique Nenna, directeur du Centre d’Études alexandrines (CEAlex)

Samedi 14 octobre

« Les archéologues, le climat et l’environnement », par M. Henri-Paul FRANCFORT, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Les sociétés égéennes du Néolithique et de l’âge du Bronze face aux changements climatiques », par M. Pascal Darque, directeur de recherche au CNRS (UMR 704, laboratoire « Archéologies et sciences de l’Antiquité »).

« Les crues du Nil (textes et images) », par Mme Agnès Rouveret, correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France).

« Fluctuations climatiques et sociétés dans le Sud-Ouest des Balkans (Albanie-Grèce) depuis le Néolithique : pour une approche régionale de l’étude des interactions », par M. Éric Fouache, professeur à l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi

« Arabie Antique. L’homme et le climat », par M. Christian ROBIN, Président de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Pandémies, épidémies et fluctuations climatiques en Méditerranée occidentale au Moyen Âge », par M. Pierre TOUBERT, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Institut de France)

« Climat, environnement et politique selon le politologue Jean Bodin », par M. Jean Céard, professeur émérite à l’Université de Paris-Nanterre

« Montesquieu : le changement du paradigme climatique », par Mme Catherine Volpilhac-Auger, professeur à l’ENS Lyon

Bilan et conclusions

Voir en ligne : Vie et climat d’Hésiode à Montesquieu