Montesquieu
 

Nouvelle publication : René Pommier, Défense de Montesquieu

Sur une lecture absurde du chapitre « De l’esclavage des nègres »

René Pommier, Défense de Montesquieu. Sur une lec­ture absurde du cha­pi­tre « De l’escla­vage des nègres », Paris, Euredit, 2014, 102 pages, 26 €

ISBN : 978-284-830-187-7

Présentation de l’éditeur :

Autrefois seuls, ou pres­que, les élèves à l’esprit un peu lent ne com­pre­naient pas tout de suite que le célè­bre cha­pi­tre « De l’escla­vage des nègres » dans L’Esprit des lois était iro­ni­que et ils ne se sen­taient pas très fiers quand on leur fai­sait com­pren­dre leur erreur. Mais, la situa­tion a pro­fon­dé­ment changé. Ceux qui pré­ten­dent que Montesquieu jus­ti­fie l’escla­vage des nègres ne sont plus seu­le­ment des gens qui n’ont sim­ple­ment pas envi­sagé que le texte puisse être iro­ni­que et qui se ren­dent aus­si­tôt à l’évidence dès qu’ils le reli­sent dans cette pers­pec­tive. Ce sont de plus en plus des gens qui savent per­ti­nem­ment qu’il est géné­ra­le­ment consi­déré comme l’exem­ple même du texte fon­ciè­re­ment iro­ni­que, mais ne crai­gnent pas de pré­ten­dre que c’est un énorme contre­sens. C’est le cas de Mme Odile Tobner dans son livre, Du racisme fran­çais, qua­tre siè­cles de négro­pho­bie, qui sem­ble avoir ren­contré hélas ! un assez large écho. René Pommier a donc entre­pris, au ris­que d’enfon­cer des por­tes ouver­tes, de démon­trer l’infi­nie stu­pi­dité d’une thèse qui entre dans le cadre plus géné­ral d’une opé­ra­tion visant, non seu­le­ment à contes­ter l’héri­tage des Lumières, mais à les accu­ser.

Editions Euredit